Archives pour la catégorie L’invité

L’invitée : Nadia

maphotosite1

Nadia nous a contacté pour nous raconter son parcours et nous parler de son métier.

C’est autour de quelques verres et de grands sourires que nous avons fait connaissance et découvert une femme pleine d’envies et d’enthousiasme.

Elle nous a parlé de son nouveau travail et à travers ses mots, on a découvert ce métier. C’est notre invitée du mois et on lui laisse page blanche pour vous raconter à vous aussi.

Le coaching est un accompagnement personnalisé qui permet d’obtenir des résultats concrets et mesurables tant dans la sphère privée que professionnelle. Le processus de coaching amène à explorer de nouveaux horizons, à découvrir des ressources, améliorant ainsi les performances. Au-delà de la concrétisation d’un objectif, les séances apporteront davantage de satisfaction et de confiance.

Voilà une définition qui décrit selon moi l’essentiel du coaching, même si il manque quelque chose : le vécu !

Il y a quelques semaines, j’ai contacté Sa et Marine pour leur faire part de mon désir de communiquer sur mon métier qui me passionne : le coaching. Je m’appelle Nadia Thöni, je suis coach à Lausanne ; je souhaite partager ici avec vous ce qui m’a conduit à ce métier, et ce que le coaching m’a apporté.

Les années précédant ce choix de carrière furent enrichissantes car elles m’ont permis de me rencontrer ; notamment grâce à un développement personnel composé de diverses expériences et thérapies alternatives, ainsi que des rencontres inspirantes.

Professionnellement, elle se sont avérées être également instructives, puisque j’ai effectué mes premiers pas dans l’accompagnement alors que j’étais responsable d’un département dans le monde des voyages. M’occuper d’une équipe, fut un véritable challenge qui me permit de tirer de grands enseignements ainsi que beaucoup de plaisir.

Malgré les divers aspects positifs de cette fonction, j’ai connu quelques sorties de route, notamment une sous la forme d’un burn out. Et c’est précisément à ces moments-là, qu’un coach m’aurait été d’un grand secours ; un professionnel auprès duquel j’aurai pu rehausser ma confiance, découvrir de nouvelles ressources, prendre conscience des options qui s’offriraient à moi. Il m’aurait été bénéfique d’avoir un cadre, de définir un objectif et les étapes pour le concrétiser ; mais j’ignorais que le coaching pouvait m’apporter cela.

Les derniers mois au poste de responsable furent éprouvants: je m’enlisais littéralement et me sentais emprisonnée par mon quotidien. Il me fallait réagir ! J’ai donc donné mon congé sans savoir quelle serait l’étape suivante.

Durant les premières semaines de ma nouvelle vie, j’ai pu reprendre des forces dont j’avais bien besoin. Puis j’ai souhaité redéfinir ma prochaine étape, mais les plans de voyages étaient opaques. En revanche, je savais très bien où je ne voulais plus mettre les pieds, c’était un bon début !

Les semaines passèrent et j’eus l’opportunité de réaliser un bilan de compétences auprès d’une personne inspirante. Malgré ma motivation à effectuer cette remise en question, je n’avais aucune idée de la prochaine étape. Mais le coach qui l’animait était persuadé que je repartirai avec un projet ! Sa confiance s’est avérée être fondée, puisque lors d’un entretien individuel avec lui, j’eus un déclic, un appel : je voulais prendre sa place ! (C’est d’ailleurs ce que je lui dis !).

Je désirais être coach et je le sentis au plus profond de moi-même. Lors de cette entrevue, je compris ce qu’on appelle ‘la magie du coaching’. Les choses justes arrivent au moment juste, le coach quant à lui n’est qu’un révélateur.

Tout s’enchaîna très vite! Je suis à présent coach certifiée, je partage un cabinet au Centre de Thérapies Naturelles au cœur de Lausanne et je suis très heureuse de la direction que j’ai donné à ma vie.

Evoquer ce qui m’amena au métier de coach me fait prendre conscience de tout ce que le coaching m’a apporté : une plus grande connaissance de moi-même, mais surtout une confiance plus vaste, profondément ancrée.

Mon intention à présent est de pouvoir apporter ceci à toute personne désirant devenir la meilleure version d’elle-même que cela soit dans sa vie privée ou professionnelle.

Envie d’en savoir plus à ce sujet ? Je vous invite chaleureusement à échanger durant les portes ouvertes du Centre de Thérapies Naturelles, Rue du Pont 22 à Lausanne, le samedi 19 mars dès 10 heures. Vous souhaitez réaliser un projet qui vous tient à cœur ? Accroître confiance et estime de soi, ou encore découvrir de nouvelles options ? Je me tiens à votre disposition !

Je me réjouis de faire votre connaissance.

Nadia Thöni

Pour plus de détails :
www.beyourself.ovh
contact@beyourself.ovh
079 309 27 47

L’invitée: Aurelia

Pour ce nouvel invité, c’est à Aurélia qu’on laisse page blanche pour nous présenter son projet, son tour de chant: « L’absence ». Avant de lui laisser la parole, on vous parle en quelques mots de cette femme, Aurélia. Elle étudie le chant lyrique pendant dix ans et participe à différents récitals et ensembles. Puis, elle revient à son amour pour la chanson, et reprend les artistes qui ont été pour elle une inspiration tels que Barbara, Brel, Piaf, Aznavour, Reggiani, Gainsbourg, Dutronc. Elle se produit régulièrement pour des animations (Lausanne Palace, Ava&Jayde, etc.). Elle participe aussi à des spectacles (théâtre et chant) avec différentes formations. Elle aime tout particulièrement créer des interprétations, entre chant et théâtre. Parallèlement, elle a étudié l’anthropologie et travaille comme intervenante sociale avec des femmes victimes de violences. « L’absence » est son premier tour de chant comme auteure-compositeure-interprète.

« C’est un tour de chant avec mes premières chansons. Elles sont nées de la rencontre entre mes textes et mélodies, et un travail de composition commun avec Richard Rentsch, pianiste et compositeur.
Nous ont rejoint les talentueux Patrick Peikert, à la contrebasse, et Xavier Longchamp, à la batterie. Pour porter à la scène ces chansons à texte, j’ai eu l’honneur de travailler avec le comédien Juan Antonio Crespillo.

Mes chansons racontent de façon intime, la vie, l’amour, la solitude et l’absence, qui tantôt peuvent être douloureux, ou permettent des créations de vie plurielles au singulier. Comme une page blanche sur laquelle composer des chansons… pourquoi pas ?

C’est avec un immense plaisir que je vous les ferai découvrir lors de notre vernissage, au théâtre de la Voirie (rue du Centre 10, Pully) le 18 février 2016 à 19H et 21H
(réservations + info: aurelia.ar.musique@gmail.com).
Les prochaines dates de concert seront communiquées à travers ma page Facebook et mon site. Un EP sera bientôt enregistré et disponible, qui permettra de découvrir mes chansons sur les plateformes web musicales. »

1502523_1209445929069746_3708588333054956958_n

Les invitées : Les Ripailleuses

Les+Ripailleuses+qui+sommes-nous

Ce mois-ci, ce n’est pas une invitée que nous avons, mais quatre ! Quatre jeunes femmes – Samimé, Laura, Jennifer et Ella vous font découvrir leur projet qui, on en est sûr, vous mettra l’eau à la bouche. On leur souhaite bonne route et on se réjouit d’entendre parler d’elles souvent par Lausanne…

 

 

« Les Ripailleuses ce sont quatre lausannoises passionnées de cuisine. Leur concept? Proposer des restaurants éphémères gourmands autour d’une gastronomie sans gluten, sans lactose, saisonnière et locale. Travaillant avec des producteurs aux portes de la ville, elles souhaitent balayer les idées reçues et démontrer que faire ripaille sans gluten et sans lactose est chose possible. Vous ne trouverez donc point d’ananas du Costa Rica, d’asperges au mois de septembre, ou encore moins de coca-cola chez elles, mais uniquement des produits de saison, issus d’un savoir-faire régional et supportés par les intolérants.

Leur première édition, sous l’allure de brunch, soutenue par la ville de Lausanne, fut accueillie avec succès en automne 2014, au Théâtre 2.21 de Lausanne. A la carte, une atmosphère conviviale, ainsi qu’une variété attractive de mets. De la baguette sans gluten faite maison, au houmous de betterave rouge, agrémenté d’une mousse de fera du Lac, c’est une jolie palette de créations qui se succédèrent tout au long du repas. Le brunch a rapidement affiché complet et accueilli une soixantaine de personnes.

S’en sont suivis Pop-up Corner à Genève, un café gourmand à l’Espace Ozart’ de Lutry, puis Restaurant Day au Montriond à Lausanne, le 16 août dernier.

Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire sur la Newsletter de leur site internet, afin de connaître la date de leur prochain événement, qui aura certainement lieu entre la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre. »

Pour plus d’informations: www.lesripailleuses.com

Les Ripailleuses II-Restaurant Day

ripail

ripail1

L’invitée: Héloïse

 

autoportrait

Nous voilà de retour avec notre nouveau rendez-vous. Ce mois-ci, Héloïse est notre invitée. Une jeune femme qui, au-delà d’un quotidien bien chargé par sa formation dans l’éducation, s’adonne à la photo et au dessin. Elle nous donne ici la possibilité de découvrir un peu son travail et lève un bout du voile sur sa vie…

 

 

3Vias, France, 2008. Pour moi, cette photo entre ciel et mer est très intense. Les vagues se déchaînaient les unes contre les autres et le ciel grondait. Ces deux éléments semblent n’en faire qu’un, ils se fondent l’un dans l’autre.

 

1Saint Nicholas Market, Bristol, 2011. C’est lors de mon séjour linguistique à Bristol que j’ai pris ce cliché. J’aime l’effet clair obscur qui donne de la profondeur à cette photo. Pour moi, elle me rappelle plein de bons souvenirs, j’arrive encore à m’imaginer les odeurs des stands servant de la cuisine venant des quatre coins du monde. C’est un endroit très convivial mélangeant toutes les nationalités.

 

2La Fenice, Venise, 2014. J’aime cette photo pour sa luminosité. Quand je suis entrée dans ce théâtre, c’est surtout cette lumière qui inondait la pièce qui m’a émerveillée. Cet espace a quelque chose de magique, de grandiose. J’arrivais presque à entendre la voix des nombreux artistes qui sont passés par là.

 

4Venise, 2014. « Lampadaire en ombre » J’adore cette photo pour son effet trompe l’œil. Pour moi, la photographie c’est aussi ça, capter en une fraction de seconde un instant magique.

 

5Zara, 2014. Cette photo me fait penser à « Alice aux pays des merveilles » J’aime ce mystère venant de ces yeux jaunes, cette boule noire et ces deux touches de couleurs dans les tons jaunes et verts. J’apprécie tout particulièrement les photographies très contrastées, je trouve que ça amène de l’intensité au cliché.

L’invitée : Séolane

seolane-mazettesCe mois-ci, pas de portrait. Mais on vous propose un nouveau rendez-vous : L’invité du mois. Une personnalité a qui on laisse page blanche et une totale liberté pour nous, vous présenter un thème, un lieu, une actualité qui lui tient à cœur. Et qui en parlera bien mieux que nous…

On commence avec la belle et surtout talentueuse Séolane, qui voue une grande partie de son temps à l’écologie. Elle nous présente ici deux astuces pour nous inviter à embarquer dans cet univers.

A toi Séolane !

 

La recette de mon Oncle Jacques (oui, les hommes donnent aussi des recettes parfois)

Mon oncle Jacques est médecin pour MSF en Asie du Sud-Est. Un jour il m’a fait remarquer que le Neocitran (traitement des symptômes de la grippe et des refroidissements) était un article purement commercial qui pouvait en fait être fabriqué à la maison.

Temps de préparation : 3 min

Comment faire :

Prenez un comprimé de paracétamol (Dafalgan – Panadol) ou de l’Acide acétylsalicylique (Aspirine), selon ce que vous supportez le mieux. Écrasez le comprimé dans un verre avec de l’eau bouillie (attendre qu’elle soit tiède). Pressez un citron. Assemblez le tout et buvez.

Cette recette riche en vitamine C, A, B1 et B2 ainsi qu’en bioflavonoïdes et pectine est non seulement plus naturelle, mais également meilleure pour votre porte-monnaie puisqu’il faut habituellement compter environ 17.- pour une boîte de 12 sachets de Neocitran !

De plus, vous luttez également contre les 13 emballages que contient la boîte et contre l’hypochondrie ?!

yoghurt-seolane-mazettes

©Assia Sebert 2015

La ferme à la ville !

Recette pour faire 12 yaourts bio maison à la cocotte-minute.

Temps de préparation : 15 min, temps de repos : 24h

Ingrédients :
1 litre de lait bio ,1.80CHF
1 yaourt bio (nature), 0.60CHF

Comment faire ?

Faire bouillir un litre de lait (bio) et le laisser tiédir jusqu’à ce qu’il atteigne environ 45°C. (On devrait pouvoir mettre le doigt 10 secondes sans se brûler). Astuce : Pour éviter que le lait ne brûle dans le fond de la casserole, il faut rincer celle-ci à l’eau froide (sans essuyer) avant d’y verser le lait.

Ajouter le yaourt bio du commerce et mélanger le tout. Attention à bien attendre que le lait ait tiédi, car cuire le yaourt tuerait le ferment. Mettre le tout dans des 10/12 pots en verre.

Dans le fond de votre cocotte-minute, mettre quelques centimètres d’eau. Porter l’eau à une température juste chaude (environ 45°C). Couper le feu. Placer les pots de yaourts dans l’eau comme au bain marie. Fermer l’autocuiseur et laisser pendant 5 h. minimum (sans cuisson bien sûr) dans une pièce de préférence chaude.

Après quoi, ranger les pots au réfrigérateur jusqu’au lendemain. Les yaourts se conservent bien 5/7jours et vous pouvez y ajouter des arômes dans la cuisson du lait (ex. vanille).

12 yaourts faits maison reviennent à environ 4.50CHF, tandis qu’achetés dans le commerce il faudrait compter à peu près le double. De plus vous éviter les déchets de 12 pots en plastiques et vous jouissez d’un sentiment de réussite incommensurable !